Publié le 26 Octobre 2013

J'ai pu enfin avoir accès aux 2ème registre d'inscription des élèves de la rue Balard.

J'y ai donc appris que Madame COUPRIE, la Directrice avait cessé ses fonctions

le 14 septembre 1959. Elle aura donc exercé ses fonctions 13 ans et 8 mois.

dès le lendemain, le 15/09/1959, elle était remplacée par Madame LASNE.

Qui se souvient d'elle ?

J'ai aussi appris que notre infirmière, Mme Chameau, n'était ni infirmière, ni chameau.

Elle se nommait Mme CHAMOT. Sa fille : Françoise, était dans la classe de Françoise Lefevre , je crois.

Mme Chamot était Assistante Sociale à l'école. Ceci explique la pauvreté de ses remèdes : un sucre ou une tisane !! Evidemment, elle n'avait aucun droit à exercer des soins...

Mme Chamot habitait rue de Dantzig, mes renseignements sur elle s'arrêtent là ...pour l'instant !

Voir les commentaires

Rédigé par Michèle LETENNEUR

Repost0

Publié le 4 Septembre 2013

Bonjour mes amis.
Après une longue absence, me voici de retour. J'espère pouvoir bientôt alimenter à nouveau ce blog par de nouveaux articles !

Voir les commentaires

Rédigé par Michèle LETENNEUR

Repost0

Publié le 5 Juillet 2013

 

Et rendez-vous pour

 

la rentrée scolaire

 

(ou peut-être un peu avant !)

Voir les commentaires

Rédigé par Michèle LETENNEUR

Repost0

Publié le 1 Juillet 2013

Dans les années 50, l'année scolaire finissait à la veille du 14 juillet. Mais du premier au 13, le rythme était tout à fait différent : c'était plutôt une garderie, les élèves étaient peu nombreuses, l'école n'était pas obligatoire et je pense que les institutrices faisaient des roulements de présence.

Je me souviens de cette période de début juillet, ma dernière avant le lycée. Cette année là la classe voisine de la notre était celle qui faisait la transition entre le CM2 et la classe du Certificat d'études (flèche sur l'image). Elle avait été tenue par Mme Hubert qui nous faisait très peur par ses cris et vociférations sur ses élèves. L'idée de rater le concours d'entrée en 6ème et devoir aller dans sa classe me terrorisait.

Ce début juillet, je suis donc allée dans sa classe, elle rangeait ses armoires et, devant ma soif de lecture, me fit don de nombreux livres dont elle n'avait plus usage.

Cette fin d'année me l'a rendue beaucoup plus sympathique !!

Fin de l'année scolaire.

Voir les commentaires

Rédigé par Michèle LETENNEUR

Repost0

Publié le 26 Juin 2013

Oui, madame Bénadon vit toujours à Paris.

Elle fut pour nombre d'entre nous notre Institutrice de CM1. Pour celles qui, comme moi, ont fait leur CM1 en 1953-1954, les deux CM1 ont été tenus conjointement par Mme Bénadon et Mme Coelho.

Elle habitait (et habite toujours) de l'autre côté de la Seine, dans le 16ème. Elle faisait ainsi à pied, avec ses enfants, le trajet maison-école quatre fois par jour.

Plus tard ayant été reçu PEGC (professeur des Collèges), elle exerça place du Cardinal Amette, près de la Motte Piquet.

C'est grâce à sa nièce et à sa fille Muriel que vous avez sans doute connue, que j'ai pu avoir des nouvelles de Mme Bénadon qui a maintenant 95 ans.

Si tout va bien, j'espère la rencontrer à la rentrée prochaine !

Madame Bénadon retrouvée.

Voir les commentaires

Rédigé par Michèle LETENNEUR

Publié dans #nos institutrices

Repost0

Publié le 11 Juin 2013

Le samedi, si le programme le permettait, j'allais avec ma mère au cinéma.

C'était un cinéma de quartier, de 504 places, pas loin de la maison, donnant sur le rond point Saint-Charles.

C'était l'Arc en Ciel, ainsi nommé depuis sa transformation en 1953. Avant cette date il se nommait modestement "Palace du Rond Point". Quand il a réouvert ses portes après travaux, il a mis à l'affiche : "Les dents longues" film sorti l'année précédente.

Je ne suis pas du tout sure de l'avoir vu mais j'ai le souvenir d'un film que l'on a attendu deux heures et finalement nous sommes repartis avec un bon pour la semaine suivante... Il s'agissait des "Visiteurs du soir" que je n'ai finalement vu que des années après et que je n'ai pas trop aimé !

Le samedi suivant nous avons vu "Jeux interdits".

L'Arc en Ciel a fermé définitivement le 6 janvier 1970.

Le cinéma "l'Arc en Ciel".

Voir les commentaires

Rédigé par Michèle LETENNEUR

Publié dans #promenades dans le quartier

Repost0

Publié le 4 Juin 2013

Tous les jeudis matin, j'allais m'acheter mes journaux : Mickey et Lisette.

Le journal de Mickey est réapparu après la guerre, en juin 1952. Il coutait 20F, puis est passé assez rapidement à 25F

 

Il y avait chaque semaine un éditorial, sans doute moralisant comme il faut,                      de "l'Onc' Léon". Je me souviens être allée un jeudi, avec quelques copines, au siège du Journal de Mickey dans le quartier de l'Opéra. Nous y allions pour prendre notre carte du Club Mickey et surtout nous voulions absolument rencontrer "Onc' Léon" ! Je ne me souviens plus comment les personnes rencontrées ont réussi à se débarrasser de nous...

J'attendais fébrilement chaque semaine ma bande dessinée préférée dans ce journal : C'était "la petite Annie", les aventures quasi maso d'une pauvre petite orpheline et de son chien Zéro, aux prises avec une cruelle tutrice !

 

 

Les journaux du jeudi.
Les journaux du jeudi.

Voir les commentaires

Rédigé par Michèle LETENNEUR

Repost0

Publié le 29 Mai 2013

Marie Rose Clouzot notre professeur de musique naquit le 9 juillet 1906 à St Maur des Fossés. Elle était la cousine germaine de Henri Georges Clouzot le cinéaste. En 1908, elle eut une petite sœur : Marianne, qui deviendra illustratrice.

Elle devint pianiste classique et parallèlement, enseigna la musique dans les conservatoires et écoles primaires de la ville de Paris. Ma sœur ainée qui a fréquenté l'école Balard à partir de 1938 l'a eu aussi comme professeur.

Elle fut aussi animatrice à la ligue française des auberges de jeunesse et par ce biais, publia en 1938 "La clé des chants", un recueil de 100 chansons, en collaboration avec Pierre Jamet (un des 4 Barbus).

Durant la guerre, elle fut déportée comme résistante mais survécut.

Le 21 octobre 1950, elle épousa Jean Alfred Pissaro, neveu de peintre.

Ainsi Marie Rose Clouzot, alias Mlle André, se maria quelques jours après notre entrée à l'école Balard !!!!

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

J'ajoute ici un témoignage .

Jocelyne Delbos fut élève à l'école Balard de 1950 à 1956. Voici ce qu'elle écrit:

"J'ai une histoire avec Mlle André: une fille de ma classe de certificat d'études dont je tairais le nom à eu la bonne idée lors d'une séance de chorale de mettre des boules puantes sous les radiateurs, nous étions si je me souviens bien trois classes réunies.

des filles vomissaient et nous étions toutes malades. Elle n'a pas voulu se dénoncer et nous avons fait des tours de cour à cause d'elle. La directrice nous a fait mettre son nom sur un papier dans un chapeau. Elle a été renvoyée illico.

Mme la directrice nous a dit que c'était doublement méchant car Mlle André avait été en camp de concentration et était de ce fait fragile."

 

 

(A suivre)

Marie Rose CLOUZOT (suite)

Voir les commentaires

Rédigé par Michèle LETENNEUR

Repost0

Publié le 27 Mai 2013

Mademoiselle André = Marie Rose CLOUZOT.

Toutes les élèves de l'école Balard se souviennent de leur professeur de musique :

Mlle André.

Nous avions musique dans notre classe et répétitions de chorale dans le plus grand local du "Certificat d'études" qui permettait de rassembler plusieurs classes (L'architecte à la construction de l'école l'avait prévu comme salle de dessin). Les répétitions nous préparaient à participer au concours de chorale qui réunissait plusieurs écoles de l'arrondissement. Je me souviens d'une année où il a eu lieu à l'école de la rue Rouelle.

Nous avions gagné le concours !

Nous répétions aussi avec elle nos spectacles de fin d'année. Je me souviens de l'un d'entre eux, je pense inspiré de la Belle au Bois dormant. Il y avait dans ce spectacle le groupe des châtelaines et le groupe des paysannes. Je faisais partie du second et j'ai gardé longtemps la photo de groupe faite dans la cours de l'école. Hélas, je l'ai égarée..

Mais mademoiselle André était un pseudonyme. Son vrai nom était Marie Rose Clouzot, une grande musicienne et pianiste.

(à suivre)

Le groupe des châtelaines.

Le groupe des châtelaines.

Voir les commentaires

Rédigé par Michèle LETENNEUR

Repost0

Publié le 25 Mai 2013

Pour faire écho à l'article des jumelles à propos du bon souvenir du nettoyage de nos tables : non, nous n'étions pas des vandales et n'aurions pas, je pense, eu l'idée de griffer ou sculpter nos pupitres et pourtant, et la photo ci-dessous en témoigne, ça n'était pas du luxe de la restaurer de temps à autre !

Le nettoyage des pupitres.
Le nettoyage des pupitres.

C'était au CM1, dans la classe de Mmes Bénadon et Coelho. Je me souviens que chaque lundi matin, une des dames de service passait de classe en classe, munie d'une grande bouteille d'encre à bec verseur et remplissait chacun de nos encriers de verre. Mais assez vite, les abords de l'encrier et la table toute entière se trouvaient constellés de taches.

J'ai vu ailleurs que certaines mamans fabriquaient de petits tapis de feutrines, troués pour y faire passer l'encrier, qui absorbaient les taches. Je n'ai pas souvenir que cela ait été pratiqué dans notre école.

Voir les commentaires

Rédigé par Michèle LETENNEUR

Repost0